Ferme de Brémelin



    Ferme de Brémelin




Production:
5 activités sont développées sur la ferme depuis 2006 :
- du maraîchage diversifié avec vente en vrac et en système de paniers
- un élevage de cervidés avec vente de la viande en frais et en conserves
- un verger de pommes à cidre avec fabrication de cidre et de jus de pommes en collaboration avec l’atelier de la pépie
- de l’accueil pédagogique et social avec le réseau « A travers champs »
- la fabrication de pains, pizzas et viennoiseries biologiques
 

Surface cultivée :
- 34 hectares

Main d’œuvre :
5 personnes à travailler au sein d’une SCEA (société civile d’exploitation agricole avec 3 associés et 1 salarié) et d’une entreprise artisanale.


Date de certification :
Notre ferme est en agriculture biologique certifiée ECOCERT. La viande de biches ne peut avoir le label AB car le cahier des charges n’existe pas au niveau national. Mais les prairies, foins et céréales pour les nourrir sont en bio, tout comme les ingrédients ajoutés pour la préparation des terrines et civets. De plus, nous n’utilisons aucun antibiotique pour les soins.


Bref historique de la ferme :

La ferme appartenait à des paysans militants qui souhaitent qu’elle soit transmise à des jeunes. La reprise s’est faite en 2006. L’existant était l’élevage de cervidés, et le label AB concernait déjà à l’époque les terres, les fourrages et céréales.
Un GFA cioyen s’est créé pour le rachat des terres, et une SCEA comme structure collective agricole. Des ateliers se sont ajoutés progressivement à l’existant, jusqu’à aujourd’hui.

 

Commercialisation :
En fonction des productions, plusieurs types de vente : vente à la ferme, lieux de dépôt (dont la Tertraie à Lanouée), magasins de producteurs, épiceries, restaurateurs, marchés, Amap…
 

  Notre berouette :
  Nous proposons à clic ta berouette la gamme de terrines de cervidés.

  Pourquoi être à clic ta berouette?

  La consommation de viande et surtout de charcuterie est réinterrogée aujourd’hui, et à raison. Si la vente de viande en frais pour les fêtes fonctionne toujours aussi bien (car les consommateurs choisissent d’en manger moins, mais de qualité), la vente de terrines, elle, est en baisse. Nous étions donc en recherche de nouveaux points de commercialisation.



Zoom sur une production, l'élevage de cervidés:
Les cervidés présents dans notre élevage sont de la race "cerf élaphe". Avant l'abattage hivernal, l'élevage totalise environ 115 bêtes dont 40 biches reproductrices et un cerf reproducteur sur 15 hectares clôturés. La conduite de l'élevage se rapproche des conditions de vie naturelle des cervidés sauvages (parcs herbagés, bois...). La reproduction se fait à l'automne, accompagnée de la lutte entre les mâles, c'est le fameux brâme du cerf. Après 8 mois de gestation, les mises bas se feront entre mi-mai et mi-juillet. Les biches n'auront qu'un seul faon chacune.

Les cerfs et les daguets perdent leurs bois ou leurs dagues fin février, début mars. Puis ils repoussent à nouveau jusqu'à l'été durant lequel la vascularisation cessera, les velours se détacheront et où les bois atteindront alors la dureté, la solidité maximale avant l'arrivée du brame suivant. Les animaux sont regroupés en un seul lot et sont changés de parcs régulièrement, au fil de la gestion de l'herbe. Ils se nourrissent également de foin et de céréales produits sur la ferme. Aucun aliment n'est acheté.

La viande de biche ou de cerf (mâles et femelles sont abattus à l'âge de 18 mois) est une viande tendre, digeste, riche en protéines et faible en graisse. Elle n'a pas ce goût fort que l'on prête au gibier. En effet, ce sont les hormones de stress qui se diffusent dans la viande lorsque l'animal est chassé qui en sont à l'origine. Or, nos bêtes sont abattues dans le champ où elles pâturent, avant d'être amenées à l'abattoir une fois mortes. Ainsi, elles n'ont pas l'occasion de stresser et leur viande garde toute sa tendreté et sa saveur. Ceci est possible grâce à une dérogation d'urgence pour élevage de gibier. De retour de l'abattoir, les carcasses sont découpées dans notre laboratoire à la ferme par des bouchers professionnels.